Deux champions suisses sur un même chantier

Lars-Rotach

Il n’y a pas qu’un seul champion suisse mais deux qui travaillent chez Büsser Metallbau SA à Mosnang. En plus de Lars Rotach, nouveau vainqueur des SwissSkills, le champion suisse de 2006 travaille également dans l'entreprise de Saint-Gall dans laquelle les deux constructeurs métalliques ont aussi effectué leur apprentissage. Ils parlent avec le chef d'entreprise Ernst Büsser de leurs succès et de la manière dont ceux-ci se reflètent dans leur travail quotidien.

Le nouveau champion suisse a été couronné en septembre dernier lors des SwissSkills Championships des constructeurs métalliques au centre de formation AM Suisse à Aarberg. Lars Rotach s'est imposé face à ses quatorze concurrents et a su convaincre le jury avec son temple chinois. Le jeune de Suisse orientale, âgé de vingt ans, se rappelle avec plaisir de la compétition : « Ces quelques jours ont été intenses et intéressants. J'ai eu la chance que deux collègues de l'école professionnelle participent également au concours. C’est toujours agréable de connaître déjà quelqu'un. » Peu avant la cérémonie de remise des prix, Lars Rotach pressentait déjà que cela pourrait suffire pour une place sur le podium car l'après-midi précédant la cérémonie de remise des prix, tous les objets avaient été exposés et pu être examinés par les candidats, leurs parents et leurs maîtres d’apprentissage. Ernst Büsser, ancien maître d’apprentissage de Lars et actuel patron, avait, lui aussi, un bon pressentiment : « J'ai regardé tous les travaux et j'ai pu évaluer approximativement la direction qui serait prise. Le temple de Lars avait l'air très bien. » Les deux avaient vu juste : lorsqu'il fut évident que Lars monterait sur le podium, l’enthousiasme a soudain monté d’un cran. Cette médaille d'or a rempli de fierté Ernst Büsser et le père de Lars, venu à la cérémonie de remise des prix. Le vainqueur, quant à lui, était ravi d'avoir obtenu la première place.

Preuve de la haute qualité

Si la grande fête n'a pas eu lieu en raison des mesures Corona existantes, Lars a été dûment célébré en petit cercle. Le nouveau champion suisse a été accueilli par des sonneurs et le patron junior de Büsser Metallbau SA a organisé un apéritif dans le bistrot du village. « J'ai reçu de nombreuses félicitations de la part de mes connaissances mais aussi de mes clients et j’en ai été très heureux », déclare Lars Rotach avec un large sourire. Ernst Büsser ajoute : « Tous les gens du Toggenbourg se connaissent et ce titre a donc suscité une grande joie. »

Ernst Büsser est déjà habitué à ce genre de félicitations : Lars Rotach est en effet le deuxième champion suisse issu de son entreprise. Michael Schafflützel, qui travaille toujours chez Büsser Metallbau SA, a été champion suisse en 2006 et vice-champion du monde des métiers à Tokyo en 2007. « Il est assez rare que deux champions suisses se retrouvent ensemble sur un même chantier », dit Ernst Büsser en riant. Ces titres sont pour lui et son entreprise la confirmation que la qualité est une priorité absolue au sein de l'entreprise. Les bons spécialistes sont très appréciés par les clients. Cette victoire est aussi pour Lars Rotach le symbole de ses compétences de constructeur métallique : « Pour moi, la médaille d'or signifie que je suis un bon professionnel et que je peux faire appel à la performance requise au bon moment. » Au-delà de la pratique dans l'entreprise formatrice, la théorie dans les écoles professionnelles et les cours interentreprises y ont certainement contribué. Michael Schafflützel ajoute : « La victoire assure la reconnaissance et la notoriété. J'apprécie particulièrement la force mentale que j'ai pu acquérir lors des deux concours. »

La communication comme principe pendant l'apprentissage

Si on demande à Ernst Büsser quelle est sa recette de succès pour former des champions suisses, il sourit et répond que c'est difficile à dire. « Il est certainement important que l'apprentissage soit construit de manière ciblée dans l'entreprise de la première à la quatrième année. La communication joue également un rôle décisif pour nous : nous nous réunissons régulièrement avec nos apprentis et leurs parents pour parler des progrès et des possibilités d'amélioration », explique Ernst Büsser. Il ne met aucune pression, ni sur lui, ni sur ses apprentis pour que son entreprise produise davantage de champions suisses, car il lui semble important qu'ils ne se sentent pas obligés de devoir également participer aux SwissSkills.

Une place sur le podium à Shanghai

Lars Rotach s'est qualifié pour les WorldSkills de Shanghai grâce à sa victoire en septembre dernier. Cet événement, qui aurait dû avoir lieu cette année, a été reporté à 2022. Le natif du Toggenburg se réjouit malgré ce report : « Mon collègue de travail Michael m'en a déjà beaucoup parlé. J'imagine que les grandes cérémonies d'ouverture et de clôture seront très impressionnantes. » Michael Schafflützel a, lui-même, de bons souvenirs de sa participation à Tokyo. Pour lui, le meilleur moment, outre le fait d'être avec ses coéquipiers de l'équipe suisse, a sans aucun doute été celui de la proclamation des résultats : « C'est un sentiment indescriptible de pouvoir monter sur le podium et d'entendre les acclamations des spectateurs. » Quel conseil Michael Schafflützel donne-t-il à Lars Rotach pour sa participation à Shanghai ? « Il est important de ne pas se laisser influencer par les autres et de mener à bien son propre travail pendant la compétition », dit le vice-champion du monde après un moment de réflexion.

Lars Rotach est soutenu par son entreprise et, surtout, par son patron dans sa préparation pour les WorldSkills. Ernst Büsser veille à ce que son jeune talent puisse faire des travaux exigeants dans l'atelier et le laisse souvent travailler avec Michael Schafflützel, qui est au plus haut niveau d'expertise. « Nous sommes une petite entreprise, ce qui est un avantage pour Lars », déclare Ernst Büsser. « Nous faisons beaucoup de travaux sur mesure et nous travaillons avec tous les métaux. Cela rend notre travail polyvalent et fournit du bon matériel de pratique. » Ernst Büsser est convaincu que Lars Rotach aura de bonnes chances de monter sur le podium lors des WorldSkills. Lars est également positif : « Atteindre une place sur le podium est certainement mon objectif. Mais cela dépend aussi toujours de la forme du jour et une part de chance ne doit pas manquer ».

Ernst Büsser, propriétaire et directeur général de Büsser Metallbau SA, avec l’un de ses deux champions suisses lors de la cérémonie de remise des prix.

Commentaires

Aucun commentaire pour l'instant. Pourquoi ne pas lancer la discussion ?

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *