«D’infimes détails qui ont fait la différence»

Thomas-Zurfluh

Thomas Zurfluh est expert depuis 2012 et chef expert depuis 2020 pour les SwissSkills. En 2010, il a lui-même remporté le concours et a été sacré vice-champion du monde un an plus tard à Londres lors des WorldSkills. Au- jourd’hui, il est responsable Construction et membre de la direction chez Ruch AG à Alt- dorf. Dans cette interview, il raconte comment il a vécu les SwissSkills 2020 et ses fonctions en tant que chef expert.

Cette année, les SwissSkills se sont déroulés dans un cadre très différent. Comment cette si- tuation s’est-elle répercutée sur votre fonction de chef expert?

Ma fonction-clé de chef expert ne diverge pas énormément de celle des années passées. Le fait que les candidats et les experts œuvraient en l’absence du public était, bien entendu, in- habituel. La présence des quelques visiteurs était à peine perceptible par les candidats en raison de la distanciation physique néces- saire.

Comment avez-vous perçu le déroulement et la mise en œuvre des SwissSkills des construc- teurs métalliques à Aarberg ?

Le centre de formation à Aarberg possède d’ex- cellentes infrastructures que nous pouvions uti- liser de manière optimale. Qu’il s’agisse d’équi- pements d’atelier ou de locaux pour les tâches administratives : tout était parfaitement adapté.

Cette année, les candidats devaient réaliser un temple chinois en métal. Quels sont les matériaux et les pièces qui composent ce type de temple?

Un tel temple se compose de différents modules qui englobent le cadre de travail très large des constructeurs métalliques. Un cadre en tubes d’acier constituait la base pour le montage d’une porte en acier fonctionnelle, parée de tôle, avec un ferme-porte intégré, une simple serrure et une gâche électrique. Il fallait ensuite réaliser un vi- trage fixe en aluminium avec remplissage en verre, à monter dans le cadre de base. Il a en outre fallu produire un élément de tissage spé- cial, ajusté, en acier plat. Un toit composé de tôles d’acier assemblées par soudage vint com- pléter la grande complexité de cet ouvrage. Il a permis de solliciter de nombreuses techniques de travail et procédures différentes qui, à la fin, ont été examinées et évaluées de façon équitable afin que ce soit bel et bien le meilleur qui gagne.

Quels sont les points pris en considération par les experts lors de l’évaluation des candidats?

C’est avant tout la pièce usinée finie des candi- dats qui est évaluée. Pendant la compétition, nous prêtons attention à une procédure logique et structurée ainsi qu’à l’habileté manuelle. Même s’il ne s’agit pas d’un critère d’évaluation fixe, cela nous donne une première impression de la capacité de la personne à participer ou non aux WorldSkills. Par ailleurs, la passion du métier, l’enthousiasme pour la compétition et un degré élevé d’habileté manuelle ainsi qu’un environnement privé et professionnel stable, sont également très importants.

Comment les candidats sont-ils évalués?

Nous disposons d’une grille claire pour l’attribu- tion des points. Outre les dimensions prédéfi- nies, nous contrôlons l’exactitude technique comme la planéité, le parallélisme et la perpen- dicularité. Par ailleurs, nous évaluons aussi l’usinage intégral, la fonction des différents composants ainsi que l’impression globale. Il est important ici que les candidats soient éva- lués de la même manière, pour que ce soit ef- fectivement le meilleur qui gagne.

Quels composants ont été les plus complexes à réaliser pour les participants?

Au final, le plus difficile pour les candidats est de se surpasser. Chaque seconde est comptée et les critères de qualité sont très stricts. Les candi- dats sont mentalement mis à rude épreuve afin qu’ils puissent satisfaire au mieux les exigences strictes de qualité dans un laps de temps très court. Il est très difficile de garder les idées claires dans de telles situations.

Lors des examens et des évaluations, où fu- rent constatées les principales différences par rapport à l’ouvrage attendu ?

Pour les meilleurs, ce sont d’infimes détails qui ont fait la différence. En principe, il est impos- sible d’atteindre la perfection lors de ces travaux de construction métallique. Mais une fois n’est pas coutume, nous avons pu évaluer de nom- breuses pièces qui s’approchaient au plus près de l’ouvrage souhaité. Cette année, bon nombre de candidats ont simplement manqué de temps. Ceci dit, les modules réalisés présentaient tous un haut niveau de qualité.

Quelles conclusions / quels enseignements tirez-vous personnellement de ces SwissSkills 2020?

Ces jeunes professionnels ultra-motivés m’ont enthousiasmé. Tous sont sortis de leur zone de confort, ont relevé le défi et en sont venus à bout. Cela m’a prouvé que les jeunes d’au- jourd’hui possèdent un potentiel important d’habileté manuelle et de force mentale, de sorte qu’on puisse continuer, à l’avenir, à conjuguer construction métallique et passion du métier.

Commentaires

Aucun commentaire pour l'instant. Pourquoi ne pas lancer la discussion ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *